Dans le cadre des débats sur le glyphosate (Round Up) et suite aux révélations faites par les Monsanto-papers, des animaux ont mené une action coup de patte contre l’European Crop Protection Association (ECPA), le plus gros lobby pro pesticide basé à Bruxelles. Neuf personnes ont été arrêtées judiciairement, des ONG dénoncent une répression disproportionnées. .#WeAreNatureDefendingItself #stopGlypho #StopMonsanto #stopBayer

COMMUNIQUE. Le mardi 9 mai, 70 activistes de l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN) ont ciblé les bureaux de l’ECPA – un lobby qui rassemble les plus gros producteurs de pesticides mondiaux tels que Bayer, BASF, Monsanto, Syngenta, Dow, Dupont. Ils dénoncent leur influence sur les politiques européennes en matière de réglementation des pesticides et plus particulièrement concernant le glyphosate, un produit présent entre autre dans le célèbre désherbant Round Up de la firme Monsanto.

Comme à son habitude, l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature a redécoré sa cible aux couleurs de la nature en le recouvrant de feuilles et de terre. Lors de cette action, des activistes déguisés en poules lançaient des œufs sur le bâtiment et quelques félins s’immisçaient sur le toit pour dérouler deux grandes banderoles sur lesquelles on pouvait lire : STOP GLYPHOSATE et STOP CHEATING WITH STUDIES.

Avec cette action, l’EZLN cherche à mettre en lumière les acteurs de l’ombre qui font pression sur les institutions européennes pour empêcher toute réglementation en faveur de l’environnement et de la prévention de la santé des agriculteurs et des consommateurs. Bien que la vente du Round Up serait prochainement interdite au niveau belge1, c’est au niveau européen que l’avenir du glyphosate se joue car c’est à ce niveau que doit être décidé une prolongation d’autorisation de commercialisation du produit pour quinze ans.

La sous-commandante Zèbre explique : « Le débat sur le glyphosate cible souvent les vendeurs tels que BRICO mais selon nous l’origine du problème se trouve bien plus en amont. Le lobbying intense des multinationales agroalimentaires et leur manipulation d’études scientifiques tel que révélé par les Monsanto papers compromettent la capacité des législateurs à prendre des décisions appropriées. Ce que nous voulons, ce n’est pas seulement l’interdiction du glyphosate mais c’est une révision des procédures d’autorisation de commercialisation de produits chimiques au niveau européen car actuellement il est fortement gangrené par les lobbies industriels. Pour statuer dans ce dossier, l’U.E. s’appuie sur des avis rendus par des agences spécialisées comme l’Agence européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) dont les conclusions rendues récemment ont été trompées par l’interférence de fausses études et la pression de l’ECPA et d’autres groupes de pression industriels. »

Revoir les procédures d’autorisation et l’influence des lobbies sur les études scientifiques est une revendication qui se retrouve par ailleurs dans une initiative européenne (pétition) lancée cette année par une plate-forme d’ONG2. Bien qu’il ne soit pas lié à cette initiative, l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature cherche à sa manière à inviter les citoyens à signer cette pétition en vue de faire pression sur l’U.E.

Enfin, bien que les traces laissées derrière eux soient impressionnantes, le collectif précise qu’aucun dégât matériel n’a été occasionné et qu’aucun animal n’a été blessé… Cependant, 9 arrestations judiciaires ont eu lieu après cette action et s’en est suivi un appel à comparaître le 15 juin à Bruxelles pour des faits de graffitis sur des propriétés mobilières et immobilières et dégradation de biens immobiliers…« Tous les produits utilisés, en ce compris ceux des graffitis, sont des produits naturels…pas étonnant que cela n’ait pas plus à l’ECPA », affirme la sous-commandante Abeille. Sans savoir si des homos sapiens ont été arrêtés par erreur, l’EZLN appelle déjà tous les animaux de la jungle et des océans à se rassembler devant le palais de justice le jour du procès. Par ailleurs, différentes organisations de la société civile ont co-signé une déclaration3ils annoncent notamment : « Nos organisations sont inquiètes de ces mesures disproportionnées, qui représentent une entrave à l’exercice du droit à la liberté d’expression. Nous apportons notre soutien moral aux membres de l’EZLN et nous appelons les services de sécurité et les autorités judiciaires à respecter et protéger la liberté d’expression des militants œuvrant pour la défense des droits humains et de la nature. ». 

L’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature

2 L’Initiative Citoyenne Européenne : https://stopglyphosate.org/fr/

3 Déclaration disponible en ligne sur http://www.fian.be/Declaration-contre-la-repression-de-mouvements-sociaux. La déclaration est actuellement signée Agir pour la Paix, Amis de la terre, Belgique, CADTM, COLUPA, CNCD 11.11.11., FIAN Belgium, Greenpeace, Inter-Environnement Wallonie, Mouvement d’Action Paysanne, Quinoa, Rencontre des continents